Cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec : le CPEQ réagit

17 Sep 2015

Montréal, 17 septembre 2015 – Le gouvernement du Québec dévoilait aujourd’hui les trois scénarios de cible de réduction des émissions de GES qui seront étudiés lors de la commission parlementaire se penchant sur cette cible, ainsi que celui des trois qu’il appuie. Les trois cibles envisagées sont de 35%, 37,5% et 40% de réduction des émissions de GES sous les niveaux de 1990, à l’horizon 2030, et le gouvernement favorisera la cible de 37,5% de réduction.

À titre de commentaire préliminaire, le Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ) estime qu’il s’agit d’une cible intéressante, considérant le constat du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), mais qui doit cependant être étudiée dans le cadre de l’ensemble des intérêts du Québec. En ce sens, cette cible est très audacieuse pour le défi qu’elle pose pour tous les secteurs de l’économie québécoise.

La présidente du CPEQ, Mme Hélène Lauzon, déclare : « Nous soulignons le leadership du Québec dans la lutte contre les changements climatiques, mais demeurons préoccupés par les moyens que le gouvernement entend utiliser afin d’atteindre la cible retenue. Les politiques publiques mises en place par le gouvernement, incluant cette cible de réduction des émissions de GES, doivent servir l’intérêt supérieur du Québec et celui-ci commande de tenir compte de la compétitivité des entreprises québécoises, notamment, afin d’assurer un développement économique robuste et de poursuivre la création d’emplois.»

Par ailleurs, il convient de soulever les enjeux liés à la faisabilité technique d’une telle réduction. Ainsi, une réduction de 37,5% des émissions de GES n’a pas le même impact pour un État dont l’électricité est essentiellement produite par des centrales au charbon que pour un État qui s’alimente principalement en hydroélectricité. Mme Lauzon précise : « L’ensemble des États tente actuellement d’adopter des politiques équilibrées pour lutter contre les changements climatiques et le Québec aura à faire de même, compte tenu de ses propres réalités géographiques et économiques. »

Le CPEQ examinera les scénarios proposés et leurs impacts sur l’économie québécoise ainsi que sur les entreprises et pourra exprimer d’autres commentaires sur le sujet.

 

Créé en 1992 par des représentants des grands secteurs industriels et d’affaires du Québec, le Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ) a pour mission de représenter les intérêts de ses membres en matière d’environnement et de développement durable. Le CPEQ regroupe plus de 200 entreprises et 20 associations parmi les plus importantes au Québec qui génèrent plus de 280 000 emplois directs et affichent des revenus combinés de plus de 45 milliards de dollars.

Pour plus d’information : Hélène Lauzon, Présidente directrice générale du CPEQ

Téléphone : 514-393-1122

 

30