Le CPEQ accueille favorablement le rapport de consultation de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec mais émet certaines réserves

25 Feb 2014

C’est hier que la ministre des Ressources naturelles du Québec, Mme Martine Ouellet, dévoilait le rapport de consultation de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, intitulé Maîtriser notre avenir énergétique – Pour le bénéfice économique, environnemental et social de tous.

D’emblée, le CPEQ tient à remercier la Commission d’avoir prêté l’oreille à la réalité des entreprises québécoises et d’en avoir tenu compte dans son rapport final. Il s’agit d’un rapport pondéré et pragmatique, tenant compte des réalités économique et scientifique à court et moyen terme.

Le CPEQ accueille favorablement la conclusion de la Commission en ce qui concerne la  suspension temporaire de l’application du système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (SPEDE), le temps que le Québec et la Californie recrutent de nouveaux membres pour participer à cette initiative d’envergure. Durant ce sursis, l’industrie se verrait imposer une simple redevance, ce qui aurait pour effet de dissiper le climat d’incertitude actuel.

Par ailleurs, le CPEQ se réjouit de la mise au point faite par la Commission dans son rapport, en ce qui concerne la cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec. Alors que le chiffre de 25% a beaucoup circulé dans de nombreuses communications gouvernementales ces derniers temps, la commission s’en tient aux faits et à la réalité : la cible légale actuelle est de 20%. Soulignons d’ailleurs que la Commission précise qu’il s’agit d’une cible trop ambitieuse, à un point tel que nous risquons fortement de ne pas l’atteindre. Toujours selon la Commission, une cible de réduction des GES de l’ordre de 15% semble beaucoup plus réaliste et envisageable pour l’horizon 2025.

Enfin, notons que le rapport de la Commission reprend certaines recommandations présentées par le CPEQ, dans son mémoire du mois de septembre 2013. Ainsi, le rapport souligne que l’abandon du pétrole n’est pas une éventualité envisageable à court terme, que l’utilisation du gaz naturel semble souhaitable pour les véhicules lourds et que, dans l’immédiat, les programmes visant à favoriser le déplacement des personnes sont préférables à une modification complète et drastique de la composition du parc automobile. Le rapport propose aussi que la maîtrise de l’énergie soit le principe fondamental de la prochaine politique énergétique du Québec

Créé en 1992 par des représentants des grands secteurs industriels et d’affaires du Québec, le Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ) a pour mission de représenter les intérêts de ses membres en matière d’environnement et de développement durable. Le CPEQ regroupe plus de 200 entreprises et 20 associations parmi les plus importantes au Québec qui génèrent plus de 280 000 emplois directs et affichent des revenus combinés de plus de 45 milliards.

Pour plus d’information : Hélène Lauzon, Présidente du CPEQ
Téléphone : 514-393-1122