Études de cas

Cette page se veut un complément à nos deux guides portant sur l’intégration d’une démarche de développement durable en entreprise.

Nous vous invitons à consulter ces guides afin d’en connaitre davantage sur les différentes « fonctions » d’une démarche de développement durable et pour en apprendre plus sur les outils permettant à votre entreprise de mettre en place une démarche de développement durable.

Vous noterez que ces guides préconisent une démarche par fonctions. Pour alléger nos guides, nous avons colligé des études de cas rattachées à chaque fonction. Ces études de cas se retrouvent, pour la plupart, ci-dessous et sont répertoriées par fonction.

 

La comptabilité, finance et vérification interne

Aucun exemple outre celui dans le guide

La gestion immobilière

Place du Canada – CANDEREL

L'édifice de la Place du Canada, situé au 1010, rue de la Gauchetière à Montréal, a été construit en 1967, durant la période de la modernisation du Centre-Ville qui suivit la deuxième guerre et accélérée par la tenue de l'Expo67. Commandé par le Canadien Pacifique en même temps que l'hôtel Château Champlain avec qui il partage le site, cet immeuble à bureau compte 25 étages.

Le projet consistait principalement à apporter des améliorations, à remettre en service des systèmes mécaniques et à implanter des mesures écologiques pour les achats, la gestion des matières résiduelles et l'entretien ménager.

Les quatre tours de refroidissement et les deux refroidisseurs d'origine ont été remplacés par quatre nouvelles tours et quatre unités ayant une meilleure performance; deux de ces unités permettant la récupération de chaleur sur les salles de serveurs et espaces intérieurs. Les pompes des refroidisseurs ont également été remplacées par des pompes à débit variable qui, combinées aux quatre nouvelles unités, permettent une plus grande flexibilité pour la climatisation des espaces. Les séquences de contrôle ont été optimisées.

Effectuer une certification LEED pour un bâtiment existant, comptant une cinquantaine de locataires, présente un défi certain, puisqu'il est difficile d'appliquer les mêmes mesures à l'ensemble du bâtiment.

Sur le plan mécanique, le principal défi consistait à convertir un système conçu dans les années 60 (chauffage haute température) par un système qui intègre de la récupération d'énergie pour faire du chauffage périmétrique en climatisant les zones intérieures (ce qui requiert du chauffage à basse température). Il fallait aussi faire les modifications en minimisant les arrêts de service pour le refroidissement des salles de serveurs.

Pour en connaître davantage

 

La recherche et le développement

Hydro-Québec

Hydro-Québec est l’une des 20 entreprises canadiennes qui consacrent plus de 100 millions de dollars par année à la recherche et au développement. Elle est aussi la seule entreprise d’électricité en Amérique du Nord à posséder un important centre de recherche (IREQ). L'IREQ concentre ses travaux sur la prolongation de la vie utile des équipements, l'accroissement de leur rendement, l'optimisation de l’entretien, l'appui aux programmes d'efficacité énergétique et l'amélioration du service à la clientèle. L’IREQ a permis la réalisation de plusieurs projets innovants, dont :

  • LineScout : robot pour l’inspection des lignes de transport sous tension permettant d’effectuer des inspections là où l’accès est difficile pour un monteur. Hydro-Québec s'est associée à BC Hydro afin de tester le LineScout sur une ligne de transport qui traverse un bras de mer dans la région de Vancouver. La ligne de 3 km a été inspectée avant les Jeux olympiques de 2010 afin d'assurer la fiabilité et la sécurité de l’approvisionnement électrique de la région.
  • Conception et développement de matériaux de batterie en lien avec les transports terrestres : travaux portant sur les composants physiques (poudres et solvants) de batteries destinées aux transports terrestres et à diverses autres applications de stockage. Plusieurs sous-licences ont été accordées à des entreprises, notamment pour l’utilisation du phosphate de métal lithié.

 Pour en connaître davantage

 

Pratt & Whitney Canada

Pratt & Whitney Canada s’engage à offrir sur le marché, à l’étape de la fabrication comme à l’étape de l’utilisation, des moteurs contenant moins de matières dangereuses, produisant moins d’émissions et moins de bruit. En tant que principal investisseur dans la recherche et le développement de l’industrie aérospatiale canadienne, Pratt & Whitney Canada investit annuellement environ 400 millions de dollars en recherche et développement. Ces investissements ont permis, entre autres, les réalisations suivantes :

  • Élimination des solvants chlorés de ses produits.
  • Élimination du mercure des pièces.
  • Réduction de 90 % des pièces contenant du cadmium.
  • Réduction de plus de 80 % des pièces contenant du plomb.
  • Recherches sur les biocarburants de « deuxième génération », comme l’éthanol provenant de matière biologique cellulosique et les carburants issus de la transformation de la biomasse en liquide, pour alimenter des moteurs d’aéronef acceptant différents carburants.

Pour en connaître davantage

 

Interface

Interface est une entreprise de fabrication de tapis modulaires qui a pour objectif d’atteindre une empreinte écologique nulle en 2020. L'entreprise innove en s’inspirant de la nature tout en minimisant son impact environnemental. Par exemple, les motifs géométriques réguliers usuels des tapis d’Interface ont été abandonnés au profit de motifs inspirés de la nature qui permettent de remplacer un seul des modules d’un tapis sans que cela ne se remarque. Il est alors possible de remplacer seulement un morceau de tapis plutôt que de remplacer le tapis au complet.

L’entreprise a d’abord mis en place des indicateurs afin de quantifier l’impact de ses innovations. Elle - a ensuite examiné l’ensemble des facteurs qui ont des impacts négatifs sur l’environnement, de la conception à la livraison, en passant par la production et la gestion de l’entreprise. Son exemple prouve que le développement durable représente un avantage économique certain:

  • Réduction des déchets et réduction substantielle des coûts qui y sont associés : 78 % moins de déchets solides générés qu’en 1994;
  • Réduction des rejets des usines ;
  • Utilisation d’énergies renouvelables : 68 % d’économie;
  • Alimentation d'une succursale grâce à la valorisation de gaz issus de la décomposition de matières résiduelles d’un site d’enfouissement;
  • Utilisation de l’eau en circuit fermé dans certaines succursales : réduction de la consommation d'eau de 72 %;
  • Recyclage des fibres de nylon des tapis (fabriqués par Interface et ceux des concurrents) et utilisation de fibres recyclées pour la production des tapis neufs. Le cycle de vie d’une fibre recyclée est très avantageux par rapport à la fibre vierge;.
  • Économies de 405 millions de dollars américains et hausse des profits : 223 millions de dollars américains en 2003 et 372 millions de dollars américains en 2008.

Pour en connaître davantage

 

Les relations communautaires

Hydro-Québec

Par ses investissements communautaires, Hydro-Québec soutient la vie culturelle, sociale et économique du Québec. Elle verse des dons et des commandites à divers organismes conformément à sa Politique d’octroi des dons et commandites et contribue financièrement à des projets d’intérêt collectif dans le cadre du Programme de mise en valeur intégrée et par l’entremise de la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement.

À titre d'exemple, afin de compenser les impacts résiduels des projets de transport d’électricité, particulièrement sur le paysage, le Programme de mise en valeur intégrée (PMVI) d’Hydro-Québec verse aux collectivités touchées 1 % de la valeur autorisée des installations visées. Les fonds servent à la réalisation d’initiatives locales visant l’amélioration de l’environnement, l’amélioration d’infrastructures municipales, communautaires ou de loisir ainsi que le développement touristique et régional ou le développement des communautés autochtones. Depuis la création du PMVI en 1985, l’entreprise a contribué à hauteur de 116 M$ à la réalisation de 1 168 initiatives.

Un autre exemple est celui de la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement , créée en 2001, qui vise l'amélioration et la protection à long terme de l'environnement. Elle contribue à honorer les engagements pris par l’entreprise en matière de développement durable et de gestion responsable des ressources. Elle finance sur tout le territoire québécois des initiatives concrètes dont les retombées environnementales et sociales servent les intérêts des collectivités locales. Les projets qu'elle soutient visent à protéger, à restaurer et à mettre en valeur des milieux naturels, de même qu’à sensibiliser des publics cibles à des problématiques environnementales locales.

Pour en connaître davantage

 

Hydro-Québec

Au début des années 2000, Hydro-Québec s’est doté d’un encadrement pour la réalisation de ses divers projets. Ainsi, pour qu’un projet puisse aller de l’avant, il doit satisfaire les trois conditions suivantes :

  • être acceptable du point de vue environnemental ;
  • être accueilli favorablement par le milieu ;
  • être rentable en fonction des conditions du marché.

Ces trois conditions correspondent aux trois piliers du développement durable – les dimensions environnementale, sociale et économique.

Pour répondre à la condition relative à l’accueil favorable par le milieu, Hydro-Québec a mis sur pied une équipe qui assure un lien continu avec les communautés locales dans chacune des neuf régions territoriales d’Hydro-Québec qui couvrent l’ensemble du territoire québécois. Dans chacune de ces régions, les équipes Relations avec le milieu ont pour mandat de :

  • représenter Hydro-Québec dans les régions administratives du Québec ;
  • coordonner les activités de l’entreprise ayant un impact significatif dans le milieu ;
  • développer des relations d’affaires et des partenariats avec les représentants du milieu ;
  • harmoniser les activités et les projets de développement de l’entreprise avec ceux des collectivités.

De plus, pour tout projet de construction, Hydro-Québec effectue une évaluation de la zone d’étude selon trois axes :

  • Environnement : caractéristiques géophysiques, milieux sensibles, ressources naturelles, etc. ;
  • Technico-économique : infrastructures existantes, aménagement du territoire, situation économique des communautés, etc. ;
  • Social : inventaire des parties prenantes (groupes d’utilisateurs du milieu, élus, organisations économiques et autres), identification préalable des intérêts et des préoccupations.

Les représentants de l’entreprise présentent l’information générale aux parties prenantes concernant le type de projet considéré et sa justification (ex : pérennité des installations ou croissance afin d’accommoder une demande accrue d’énergie), y compris la zone géographique à l’étude. Cette étape permet aux parties prenantes de connaître la zone où le projet pourrait se réaliser ainsi que les personnes ou groupes qui seront consultés au cours du processus.

Les parties prenantes sont invitées à faire part de leurs préoccupations afin que celles-ci puissent être prises en compte pour les étapes subséquentes. Les méthodes de communication utilisées peuvent prendre plusieurs formes et elles sont adaptées au milieu et aux parties prenantes consultées.

En règle générale, deux autres étapes suivront la phase de consultation préalable : une phase de consultation sur les variantes envisageables pour le projet (ex : tracés des lignes ou emplacement des postes dans les projets de transport d’énergie), puis une phase d’information sur la solution retenue. D’autres étapes de communication sont prévues au cours de la réalisation du projet.

 

Les ressources humaines

Aucun exemple outre celui dans le guide

 

La logistique

Scandfibre

Pour optimiser la logistique des papetiers suédois, ScandFibre a choisi le train comme moyen de transport pour desservir toutes ses filiales Captrain en Europe.

ScandFibre Logistics cherchait un partenaire pour acheminer 1,8 million de tonnes de bobines de papier par an de la Suède vers 10 pays d’Europe continentale (dont les pays tels que : Allemagne, Italie, Espagne, France, Suisse, Pologne, Autriche, Belgique, Serbie etc.). Le logisticien souhaitait couvrir l’ensemble des destinations avec un interlocuteur unique, optimiser le coût de sa prestation pour ses clients, les papetiers suédois, et leur offrir un meilleur contrôle de leurs volumes.

L’offre de Captrain Solutions consiste à localiser les expéditions en temps réel et massifier les volumes entre la Suède et les deux hubs allemands de Hambourg et Dortmund. De là, des trains entiers ou des groupes de wagons sont expédiés vers les sites destinataires. L’optimisation des coûts repose sur la combinaison des trains, l’accélération des rotations et le rechargement au retour.

Environ 60 trains par semaine sont lancés à travers l’Europe continentale

Pour en connaître davantage

 

Monoprix

L’entreprise éprouve des difficultés avec l’engorgement de l’agglomération parisienne. La restriction de l’espace dévolu à la circulation automobile et au stationnement dans la capitale pénalise au quotidien les livraisons de Monoprix (épiceries) qui compte 90 magasins dans Paris. Il lui fallait donc élaborer une logistique urbaine, performante et durable.

La solution imaginée par la compagnie ferroviaire SNCF a conquis Monoprix dès 2007. Cinq trains par semaine acheminent les marchandises des entrepôts franciliens de Monoprix à la halle Fret de Paris-Bercy. De là, des camions roulant au gaz naturel assurent le dernier kilomètre jusqu’aux magasins parisiens.

Pour en connaître davantage

 

La production et les opérations

Kruger

L’usine de carton de Montréal (Place Turcot) est maintenant reconnue membre du réseau Écolectrique d’Hydro-Québec.  Cette certification est attribuée aux usines de grande puissance qui ont fait preuve de leadership en réduisant leur consommation annuelle d’électricité d’au moins 5 %.  L’analyse des procédés et équipements de l’usine de Place Turcot a permis de déterminer et de mettre en place une série de mesures visant à adopter un plan d’efficacité énergétique. 

Après avoir obtenu cette certification, l’usine de Montréal (Place Turcot) a continué sa progression en matière d’efficacité énergétique en modernisant son système d’éclairage à travers l’usine. Une fois complété, le projet a généré à lui seul une diminution de près de 3 % de la consommation électrique totale de l’usine.

Pour en connaître davantage

 

Lavo

L’entreprise a posé une série de gestes afin d’accroître l’efficacité de sa production, tout en réduisant sa consommation d’énergie et sa production de déchets.

Ainsi, Lavo a apporté les modifications suivantes à son processus de production :

  • Remplacement des chaudières à eau chaude par des modèles plus performants permettant de réduire la consommation de gaz naturel;
  • Arrêt de l’utilisation des refroidisseurs d’eau de procédé à alimentation électrique durant la période hivernale et utilisation d’un système de refroidissement naturel;
  • Réduction de 5% des déchets générés à l’usine;
  • Mise en marché de produits sous forme de monodoses  de poudre (javel, détersif) afin de réduire significativement le transport de produits contenant de l’eau 2012)
  • Mise en place d’indicateurs de développement durable (énergie, matières résiduelles, eau, etc.) permettant de monitorer la consommation d’électricité et d’eau et de contrôler la gestion des matières résiduelles;
  • Remplacement du système d’éclairage de l’usine de type « metalarc » par des fluorescents T8 permettant de réduire la consommation d’électricité;
  • Ajout de détecteurs de mouvement reliés à l’éclairage dans certaines zones de l’usine afin de réduire la consommation d’énergie;
  • Adhésion au concept de compaction pour le détersif, l’assouplisseur et la javel afin de réduire l’utilisation de l’eau entrant dans la composition des produits et de maximiser le transport vers les clients;
  • Implantation d’un programme de récupération des matières dangereuses (piles, cartouches, fluorescents, aérosol, produits chimiques);
  • Utilisation de matériel recyclé pour les collerettes et coupons apposés sur les produits ainsi que pour les présentoirs. 

Pour en connaître davantage

 

Pratt & Whitney Canada

Pratt & Whitney Canada a réduit considérablement l’utilisation de certaines matières dans le processus de fabrication de ses moteurs. L’élimination de certaines matières dangereuses a permis à l’entreprise d’effectuer des gains considérables, tels que :

  • Élimination des solvants chlorés des produits
  • Élimination du mercure des pièces
  • Réduction de 90 % des pièces contenant du cadmium
  • Réduction de plus de 80 % des pièces contenant du plomb

Pratt & Whitney Canada a également mis en place des programmes de recherche et de caractérisation par des fournisseurs, des universités, le Conseil national de recherche du Canada et l’École Polytechnique afin de remplacer de nombreuses matières inquiétantes utilisées dans le processus de fabrication.

Pour en connaître davantage

 

Les technologies de l’information

L’entreprise de télécommunication TELUS a installé, dans le bas du fleuve St-Laurent, un centre de données en climat tempéré et frais. Le refroidissement de l’équipement est rendu possible grâce à un système mécanique en circuit fermé.

L’utilisation d’un tel système permet de réduire la consommation d’énergie nécessaire au refroidissement du matériel informatique et serait 180 fois plus efficace que les systèmes traditionnellement utilisés pour ce type d’établissement.

Les gains énergétiques réalisés par cette façon de procéder ont permis à TELUS de réduire les émissions de GES attribuables au refroidissement de leur centre de données de 2 500 tonnes en équivalent CO2 par année.

Pour en connaître davantage

 

L’approvisionnement

Unilever

La multinationale de produits alimentaires et de consommation réalise un chiffre d’affaires mondial de plus de 50 milliards de dollars grâce à la mise en marché de plus de 400 marques. Elle s’approvisionne auprès de 10 000 fournisseurs de matières premières et de 100 000 fournisseurs indirects. En réalité, Unilever achète 12 % de la production mondiale de thé noir, 6 % de la production mondiale de tomates et 3 % de la production mondiale d’huile de palme. L’approvisionnement constitue donc un facteur critique pour soutenir le succès et la croissance future d’Unilever.

Afin de gérer une chaîne d’approvisionnement durable, Unilever a mis au point un Code de conduite destiné aux fournisseurs qui définit ses exigences en matière d’approvisionnement responsable. Ce Code repose sur les lois locales ainsi que sur les normes internes de l’entreprise et contribue à créer des attentes uniformes à l’échelle de son réseau de fournisseurs. Unilever exige non seulement que ses fournisseurs directs respectent les principes du Code, mais aussi qu’ils s’assurent que leurs propres fournisseurs respectent également ces principes.

Unilever demande à ses fournisseurs de remettre des auto-évaluations et effectue ensuite des vérifications sur place afin de s’assurer qu’ils respectent les exigences du Code. Pour ce faire, elle leur demande d’utiliser la plateforme SEDEX (Supplier Ethical Data Exchange) qui offre des méthodes d’évaluation standardisées et permet donc de diffuser à grande échelle les résultats des vérifications.

Unilever partage activement les connaissances et les pratiques exemplaires entre ses fournisseurs, ses partenaires et d’autres entreprises du même secteur. Par exemple, grâce au projet Supply Chain Leadership Collaboration du Carbon Disclosure Project, Unilever et ses homologues partagent leurs expériences et leurs pratiques exemplaires en matière de lutte aux changements climatiques dans leur chaîne d’approvisionnement. En outre, Unilever partage son expertise avec ses fournisseurs dans certains domaines où elle excelle, notamment en matière de gestion de l’irrigation. Ainsi, les fermes au Brésil ont réduit leur consommation d’eau de 30 % tout en augmentant de 20 % leur production de tomates.

Pour en connaître davantage

 

La gestion de l’environnement

Industries Graphique Platco

L’entreprise spécialisée dans la production de plaques d’impression polymériques (utilisées dans le processus d’impression d’étiquettes pharmaceutiques par exemple), a mis en place la réutilisation d’un solvant à l’aide d’un procédé de filtration, tout en conservant les mêmes propriétés physicochimiques. Ainsi, il y a eu des retombées économiques importantes (économie de 15 025 $/an), une réduction de l’utilisation de solvants (de 492 litres/an) ainsi qu’une diminution des solvants usées à éliminer (2 460 kg/an).

Pour en connaître davantage

                                       

Les Vélos Devinci

Grâce au remplacement dans son système de fabrication de peinture d’un nouveau procédé d’application magnétique, cette entreprise a réduit l’utilisation de peinture de 32 % et celle de solvants de 80 %. Cette nouvelle technologie a permis d’améliorer les conditions de santé et de sécurité au travail ou de réduire les risques d’accidents. L’économie réalisée par l’entreprise est estimée à au moins 80 000 $ par année.

Pour en connaître davantage

 

Les Îles-de-la-Madeleine

Un des grands défis de la vie en milieu insulaire, c'est la gestion des déchets. Aux Îles-de-la-Madeleine, les ordures et les matières recyclables doivent être expédiées à l'extérieur, faute d'espace. Une partie des résidus organiques est toutefois traitée sur place. L'unique producteur d'œufs de l'archipel, autrefois considéré par ses voisins comme étant une nuisance, a commencé à effectuer le séchage, le compostage et la vente de son fumier de poule comme engrais.

Les Îles-de-la-Madeleine ne comptent plus qu'une trentaine de fermes, mais le dynamisme des exploitations qui subsistent est palpable. Plusieurs agriculteurs misent sur des productions originales à forte valeur ajoutée. À titre d’exemple, une famille d'éleveurs a produit un veau issu de la progéniture des vaches canadiennes de la fromagerie voisine et nourrit un petit bovin avec la drêche fournie par la microbrasserie d'un proche village.

Pour en connaître davantage